Abbaye de Saint-Hilaire

L’écrin d'un joyau du XIIème siècle

Retour aux sites

Situé à mi-chemin entre Carcassonne et Limoux, Saint-Hilaire est un de ces lieux qui parlent à la mémoire collective. Il suffit d’entrer dans l’abbaye pour sentir ses mille ans d’histoire chatouiller l’imagination.

HISTOIRE[S]

Louis le Pieux distingue l’abbaye au IXème siècle : il lui confère un rôle majeur en lui confirmant la plus haute protection de la part d’un souverain carolingien. Tout au long du Moyen-Âge l’abbaye bénédictine déploie son influence. Elle devient aux X-XIèmes siècles la nécropole des comtes de Carcassonne. L’un des plus grands artistes du XIIème crée pour saint Saturnin, son saint patron, un autel-reliquaire de marbre, l’un de ses chefs d’œuvre. Elle affronte la Croisade contre les Albigeois, les conséquences de la chevauchée du Prince Noir pendant la Guerre de Cent ans. Elle tient bon, elle renforce ses défenses, elle s’embellit des dernières innovations de l’art gothique. Le logis abbatial s’orne enfin de plafonds peints, témoignages exceptionnels de cette fin du XVème siècle pourtant si difficile et qui verra bientôt les Guerres de Religion s’abattre sur le royaume de France et le village de Saint-Hilaire...

Le maître de Cabestany

L’autel-reliquaire, appelé aussi sarcophage de saint Saturnin est l’un des chefs-d’œuvre du maître de Cabestany. Le dynamisme de son art est ici très spectaculaire avec ce taureau qui jaillit dans toute sa force hors du «cadre». Il est rare de pouvoir ainsi profiter à hauteur d’œil d’une œuvre romane. Pourquoi saint Saturnin à Saint-Hilaire ? Qui sont-ils ? Que raconte cette œuvre ? Autant de questions qui rendent cette visite encore plus passionnante…

Le cloître gothique

L’art gothique est à Saint-Hilaire tout d’élégance. Les colonnes géminées du cloître, édifié vers 1340, sont reliées par des chapiteaux taillés dans un seul bloc, ornés d’animaux monstrueux ou de feuillages. La nouvelle chaire du réfectoire offre un jeu subtil de couleurs… Pour réaliser ce chantier, les abbés ont mobilisé les ressources d’une abbaye restée puissante malgré la Croisade.

Les plafonds peints

Les plafonds peints du logis abbatial tiennent à la fois du Moyen-Âge, et de la Renaissance. On y verrait Jeanne d'Arc, on y voit des monstres fantastiques. C’est l’iconographie médiévale dans les scènes courtoises, c’est une nouvelle tendance dans la représentation de la vie quotidienne aux XV-XVIèmes siècles. L’individu prend conscience de lui-même, le portrait se développe, et l’envie de confort…

Les caves

Au Moyen-Âge, des silos à grains de grande dimension ont été creusés dans le sol. On a ensuite creusé une galerie pour créer une cave, et détruit la base des silos. Les parties supérieures demeurent cependant. Levez la tête en visitant la cave, vous verrez de drôles d’« alcôves » : vous êtes sous les ouvertures des anciens silos !

DECOUVERTE[S]

En flânant

Autour

Qui a créé la Blanquette de Limoux ? «Les moines de Saint-Hilaire» vous diront les gens du cru. Et qui a créé la légende des moines ? «C’est nous» vous chuchoteront les blanquetiers. L’histoire de cette légende, et aussi la véritable histoire de l’effervescence et de ce terroir vous seront contées à l’abbaye.

Des bulles imaginaires