Musée du Quercorb

TOUT L’ART DES ARTISANS ET TROUBADOURS

Back to sites

Comment travaillaient le menuisier, le forgeron, la couturière… ? Comment vivait-on ici au début du XXème siècle ? Comment se chauffait-on? A quoi ressemblaient les instruments de musique au Moyen Age ? Quels sons produisaient-ils ? Pour le savoir, il faut le voir, il faut l’entendre. C’est ce que vous propose ce musée unique en son genre, installé dans l'une des plus anciennes maisons du village.

Histoire[s]


Le Quercorb est un pays à cheval entre les départements de l’Aude et de l’Ariège, en piémont pyrénéen. « Quer », le « rocher », et « corb », la « courbe », désigneraient le rocher courbe d’un château cité en 1002, comme origine du nom de Quercorb. Dans ce petit pays, la grande Histoire passe au château de Puivert, mais c’est la musique qui donne à cette localité son identité. Elle a deux sources. L'une est l'interprétation d'un poème du troubadour Péire d'Alvernhe qui voudrait que de prestigieux troubadours du XIIème siècle s’y soient réunis. L'autre est la présence d’une salle magnifique, la « salle des musiciens » dans le donjon du château. Plus près de nous, l’histoire du Quercorb est marquée par un fort développement des artisanats. Au XVIIIème siècle, chaque village porte en étendard son artisanat de prédilection : "Rivel de las esquèlhas e de las semals" (« Rivel des sonnailles et des comportes»), "A Puègvert, fan flabutas e robinhòlas" (« Puivert des flûtes et des robinets »)…, mais tous, forgerons, fabricants de comportes, de peignes ou de couteaux sont présents dans tous les villages jusqu’au XXème siècle. C’est leurs savoir-faire que donne à voir le musée du Quercorb, en même temps qu’il fait entendre la musique des troubadours.

Les métiers

Dans la cuisine, un œil sur les jeux des enfants, un autre sur le repas qui mijote, les femmes cousent avec un art particulier de lourds couvre-lits. Dans la forge, autre lieu vital pour la vie quotidienne, les outils sont réparés. Dans son atelier, le tourneur sur bois travaille le buis, le frêne, le hêtre et le noisetier pour y créer des porte-manteaux, des quilles, des plantoirs, des robinets, des manches d’outils… Selon les époques, on travaille aussi la pierre de jais, on fabrique des peignes en bois, on crée de fameuses sonnailles… Tous ces métiers, ces outils, ces artisans revivent ici.

L’instrumentarium

Joueurs de cornemuse, flûte et tambourin, orgue portatif, vièle à archet, psaltérion, guiterne, luth et rebec. Ils sont huit, sculptés dans le donjon du château de Puivert, gracieux musiciens qui imaginent jouer. Alors, nous avons voulu les entendre. Chaque instrument a fait l’objet d’une analyse et d’une reconstitution précise au terme d’un travail mêlant archéologie, musicologie, organologie, iconographie. Vous pouvez les voir, et pas seulement. Ouvrez grand vos oreilles, les troubadours chantent enfin leurs poésies d’amour…

Le verger

Poiriers, pruniers, pommiers et cerisiers, Puivert est un pays de verger. Chacun a le sien pour ses fruits, ses confitures, ses compotes et son eau de vie. Aristide, le bouilleur ambulant passe en hiver, encore aujourd’hui, pour réaliser cette opération « alambiquée » que le verger et une vidéo racontent.

Découverte[s]

En flânant

Autour

Un lac naturel, sans doute marécageux, s’étendait probablement sur toute la plaine de Puivert. La tradition rapporte que ce lac a disparu le 16 juin 1289 : le verrou du lac cédant, ses eaux déferlant en même temps que des pluies exceptionnelles inondaient le pays, elles seraient allées noyer Mirepoix, à 30 km de Puivert. Une autre hypothèse évoque un assèchement lent et volontaire de ce lac naturel pour gagner des terres arables. De nouveaux hameaux seraient alors apparus. Ils sont répartis autour de cet ancien lac, et portent tous un nom précédé du mot "camp"-(le hameau).

Un lac ancien