Abbaye de Saint-Papoul

A la rencontre du Maître de Cabestany

Retour aux sites

De la Catalogne à la Navarre et du Languedoc à la Toscane, l’atelier du maître de Cabestany, artiste majeur de l’art roman, a réalisé des chefs d’œuvre. L’un d’eux est ici, dans la majestueuse abbaye bénédictine de ce petit village médiéval du Lauragais…

Histoire[s]

Au VIIIème siècle, des ermites fondent un monastère bénédictin dédié à saint Pierre. L’abbaye acquiert une grande renommée au XIème siècle, grâce à saint Bérenger, l’un de ses moines. Il fait des miracles, et les pèlerins affluent. Au XIIème siècle, l’abbaye fait appel à l’atelier du Maître de Cabestany pour le chevet de son église. C’est un atelier célèbre qui réalise pour elle une série de modillons et de chapiteaux. Pendant la Croisade contre les Albigeois, l’abbaye n’intervient que peu. Elle accueille même le tombeau de Jourdain de Roquefort, grand seigneur cathare de la Montagne Noire, et reçoit, des mains de sa famille, la seigneurie de Saint-Papoul. L’abbé encourage le développement du village qui s’est implanté aux abords de l’abbaye. En 1317, Saint-Papoul devient un évêché. Par la suite, les pillages se multiplient. Après une période de reconstruction au XVIIème siècle, l'abbaye perd les éléments de marbre de son cloître à la Révolution, avant que le classement aux Monuments Historiques ne la protège en 1840.

Le chevet de l’abbatiale

C’est un atelier au sommet de son art qui œuvre à Saint-Papoul pour réaliser la série de modillons et de chapiteaux qui ornent le chevet de l’église. Des monstres, un lion, un bouc, des hommes penchent sur nous leurs expressives figures. Deux chapiteaux animés du souffle de la vie et du génie racontent deux moments de l'épisode de Daniel dans la fosse aux lions tiré de l’Ancien Testament…

Le Maître de Cabestany

Saint-Papoul est une destination incontournable sur le chemin des œuvres du Maître de Cabestany et de son atelier. L’exposition installée dans le réfectoire des moines, permet de mieux comprendre son art. Les moulages d’une remarquable qualité, mettent à hauteur d’œil les sculptures de Saint-Papoul, mais aussi de Saint-Hilaire, Rieux-Minervois, le Boulou.

L’église

Construite au XIIème siècle, l’église abbatiale a beaucoup évolué au fil des siècles. Une absidiole au Nord du chœur a conservé sa forme romane, tandis que l’absidiole au Sud, a été transformée en chapelle gothique. Ici de frustes chapiteaux romans, là le tombeau élégant d’un évêque du XVIIème siècle, une Pietà du XVIIIème siècle… on y suit l’esprit des temps.

Le chœur baroque

C’est un décor monumental et raffiné que reçoit le chœur de l’abbatiale au XVIIIème siècle. Des artisans locaux sont mobilisés : un sculpteur de Saint-Papoul réalise les stalles et la décoration en bois, un marbrier de Caunes-Minervois crée le maître-autel, un tailleur de pierres de Toulouse décore le chœur de carreaux blancs et gris…

Le cloître

Le cloître actuel reflète le style gothique languedocien du début du XIVème siècle. Le style de ses chapiteaux rappelle celui de l’abbaye de Villelongue. On y voit des feuilles de lierre, de chêne, de vigne, d’acanthe… des oiseaux, des lions, des singes… des monstres, des dragons… Sur l’un des chapiteaux historiés, saint Papoul serait représenté, sa tête dans ses mains, racontant son martyre…

Découverte[s]

En flânant

Autour

Au XIXème siècle, Saint-Papoul développe une spécialité de faïencerie, tuilerie et poterie vernissées. Le vernis est obtenu à partir d’un minerai extrait dans la Montagne Noire et broyé au Moulin du Vernis, ou Moulin d’Angel, à la sortie du village en allant vers Villemagne. Quatre faïenceries tournent à plein régime, sous l’impulsion de son député-maire, le marquis Alphonse d’Hautpoul. Ce général d’Empire, puis ministre de la Guerre, président du Conseil… est très actif dans le village que ce natif de Versailles a adopté. Aujourd’hui, l’exploitation de l’argile perpétue la tradition industrielle et artisanale de Saint-Papoul.

La faïence et le Général d’Empire