Château d’Usson

INCURSION DANS LE DONEZAN

Retour aux sites

La partie haute de la vallée de l'Aude voit trois plateaux successifs monter à l'assaut de la montagne. Au Pays de Sault, succèdent le Donezan, puis le Capcir... La forêt, les lacs, les hautes montagnes font du Donezan une magnifique destination Nature. Le château d'Usson s'y dresse non loin de Rouze, contrôlant l'accès de ce pays ariégeois pourtant tourné vers l'Aude...

Histoire[s]

A la fin du Xème siècle, les comtes de Carcassonne et les comtes de Cerdagne concluent un accord et se partagent le vaste territoire du Razès carolingien : aux comtes de Cerdagne reviennent le Donezan, le Capcir et une partie du Fenolhedés. Pour veiller au respect de ces limites, deux châteaux se font face, chacun sur son roc : Usson, en Donezan et Dournes, en Pays de Sault. Les seigneurs du château d’Usson, sont au XIIème siècle des vassaux des rois d’Aragon. En rien menacés par la Croisade contre les Albigeois, ils défendent pourtant les assiégés de Montségur. Ils lancent des raids pour leur venir en aide, et accueillent une trentaine de parfaits en fuite : cela leur vaut la vindicte de l’Inquisition, qui brûle vifs deux de leurs membres. Leurs biens vont aux comtes de Foix,  qui s’en désintéressent. Tout le monde oublie ce pays perdu, livré aux incursions régulières des espagnols. Au XVIIIème siècle, le château est entièrement restauré par son nouvel occupant, le marquis de Bonnac. Mais la Révolution survient…

La Maison du Patrimoine

La Maison du Patrimoine est installée dans les anciennes écuries, à l'entrée du château. Elle constitue le début de la visite. Sur 700 m2, on y suit la longue histoire d'Usson et du Donezan, depuis la Préhistoire jusqu'à nos jours. Elle est contée à travers des expositions, des diaporamas, des objets provenant de fouilles archéologiques, un habitat traditionnel de montagne reconstitué.

La symétrie partout

Le château du XVIIIème siècle s'est bâti sur celui du XIème siècle, le faisant parfois totalement disparaître. Le trait le plus marquant du style classique est la recherche de symétrie. On le trouve dès la cour d'entrée avec l'aménagement des écuries. Dans l'enceinte haute, trois tours, dont deux fausses, sont venues répondre à la tour à éperon médiévale pour former avec elle un ensemble harmonieux. L'architecte a même utilisé une astucieuse correction optique du dallage de la cour haute afin de rétablir la perspective…

Une salle ventilée

Cette grande salle voûtée médiévale se situe sous la salle à manger du XVIIIème siècle. Destinée à stocker les denrées, en particulier les grains, elle bénéficie d'un système de ventilation très ingénieux, assurant leur parfaite conservation.

Une porte dérobée

En cas de siège, il faut pouvoir sortir discrètement pour s'approvisionner, chercher du renfort… Ici il faut chercher l'escalier étroit qui a été aménagé entre l'abside de l'église et la grande salle voûtée. Il était couvert. En bas, une petite porte mène à la liberté : une simple échelle pour rejoindre le bas de la muraille, et on pouvait se faufiler dans la vallée…

Une église mystérieuse

Cette église a été découverte lors des fouilles menées à l'occasion des travaux de consolidation du château. On ne sait rien d'elle si ce n'est qu'elle a fait l'objet de fouilles sauvages qui ont détruit totalement les niveaux archéologiques. Elle présente cependant des éléments typiques du premier âge roman, des vestiges d'enduit peint…

Découverte[s]

En flânant

Autour

D’après un registre d'Inquisition, les cathares assiégés à Montségur auraient réussi à faire sortir du château un "thesaurus", un trésor. Trésor de numéraires, ou trésor sur parchemin, il aurait voyagé jusqu'au château d'Usson, où il aurait mystérieusement disparu… Les chasseurs de trésor ont longtemps sévi. Ils ont démonté, ils ont pillé et n'ont jamais rien trouvé. Mais ce faisant, ils ont définitivement détruit nombre d'éléments archéologiques qui auraient permis une meilleure connaissance du site.

Le trésor de Montségur