Château de Quéribus

La proue du monde Occitan

Retour aux sites

De Quéribus, on ne voit d’abord que le donjon massif qui semble s’élancer des Corbières pour aller défier le Fenolhedés qui lui fait face. Du haut de son éperon rocheux, à 728 mètres d’altitude, la forteresse domine la plaine qui va de Tautavel à Caudiès. C’est l’un des châteaux royaux les plus impressionnants de la région….

HISTOIRE[S]

Quéribus est cité pour la première fois en 1020 dans le testament de Bernard Taillefer, comte de Besalù. Ce comté rejoint la Maison de Barcelone en 1111. Plus tard, en 1162, Alphonse, comte de Barcelone devient roi d’Aragon. La forteresse est ainsi intégrée à la ligne de défense septentrionale du royaume d’Aragon que constituent le Fenolhedés et le Peyrepertusés. Pendant la Croisade contre les Albigeois, elle est, comme Puilaurens, un dernier refuge pour les seigneurs faidits et les hérétiques. Le commandant de la place, Chabert de Barbaira résiste au roi et à l’Eglise jusqu’au siège de 1255. Chabert fait prisonnier par Olivier de Termes cède Quéribus au roi de France en échange de sa liberté. Les maîtres d’œuvre royaux défient la montagne pour donner au château sa pleine efficacité face à l'Aragon. Jusqu'au traité des Pyrénées de 1659, ils transforment ses murailles pour l'adapter aux évolutions militaires : les meurtrières s’élargissent pour les arbalètes, puis pour les armes à feu…

Les enceintes

Il faut, pour atteindre le château, franchir trois enceintes étagées sur le piton rocheux. Lors de cette ascension, un impressionnant mur-bouclier se dresse, puis c’est un bord d’abîme qui fait ralentir le pas. Les vestiges d’une caserne évoquent la présence de soldats. A la porte de la dernière enceinte, la vertigineuse beauté du paysage s’impose…

Le panorama

Quéribus embrasse la plaine du Roussillon. Depuis le littoral méditerranéen jusqu’aux Pyrénées et aux confins de Fenolhedés, l’œil voyage librement. Plus près, la forteresse contrôle le grau de Maury, l'un des rares passages dans la falaise, bien visible depuis la terrasse du donjon.

Le donjon

On entre dans la 3ème enceinte par une porte défendue par une bretèche. La tour maîtresse de Quéribus se dresse ici, puissante. De l’extérieur, elle offre un visage guerrier et rude. Ses murs massifs à pans coupés supportent une terrasse dotée de trois canonnières. Mais cette armure des XVème-XVIème siècles abrite une salle médiévale inattendue : la salle du pilier…

La salle du pilier

Le pilier central de la salle abritée dans le donjon s'épanouit en une majestueuse voûte gothique. Une fenêtre à meneaux, ouvrant largement sur la courette, suggère une vie étonnamment tranquille et confortable dans ce nid d'aigle.

DECOUVERTE[S]

En flânant

Autour

Le Fenolhedés, est depuis le Moyen-Âge à la croisée des mondes catalans et occitans. Paysage tourmenté formé de schiste, granite et calcaire plissés et arrosé par ses nombreux fleuves et rivières, le Fenolhedés constitue les vestiges de la surrection pyrénéenne. Il a toujours été une zone tampon, à la fois de friction et de jonction des deux cultures. Cette région naturelle qui fait face à Quéribus est le seul endroit du département des Pyrénées Orientales où l'on parle occitan... Avec les Corbières, cet ensemble paysager remarquable fait aujourd’hui l’objet d’un projet de classement en Parc Naturel Régional afin de protéger, valoriser et développer durablement ce territoire…

Le Fenolhedés : à la croisée de deux mondes

Quéribus, Peyrepertuse, Aguilar, Termes, Puilaurens, Montségur et Lastours forment autour de la Cité de Carcassonne une ligne de défense fortifiée aux XIIIème et XIVème siècles par les rois de France pour faire face au royaume d’Aragon et contrôler le territoire occitan nouvellement conquis. L’unité de temps et de lieu de cette vaste entreprise de fortification en fait un témoignage unique d’un style architectural militaire conçu en Ile-de-France, et de son adaptation aux contraintes du terrain montagneux au sud du Languedoc. Cet ensemble fait l’objet d’une candidature UNESCO, que nous vous invitons à soutenir.

Carcassonne et les sentinelles de montagne "En lice pour l’UNESCO "