Château de Saissac

Le trésor de la montagne noire

Retour aux sites

Le château de Saissac est l’un des plus anciens de la Montagne Noire. Perché à 450m d’altitude en bord de plateau, à peine arrimé à son village, il défie les Pyrénées par dessus les plaines carcassonnaise et lauraguaise. Son « trésor » témoigne des premières monnaies frappées dans le Midi par le pouvoir royal.

Histoire[s]

958. Gilabert, viguier de Saissac, est témoin d’une donation à l’abbaye de Montolieu. Saissac, cité pour la première fois, est alors un lieu stratégique pour le comté de Carcassonne. Au XIème siècle, les Trencavel deviennent vicomtes de Carcassonne et suzerains de Saissac. Les relations sont conflictuelles, mais à la fin du XIIème siècle, Bertrand de Saissac est l’un des grands vassaux des Trencavel, tuteur du jeune Raimond Roger en 1193. Bertrand est une figure languedocienne, protecteur des hérétiques. Le château est livré aux Français au début de la Croisade, mais les seigneurs de Saissac luttent jusqu’à la fin. Après l’échec de 1240, leurs biens sont dispersés, et les ossements de Pierre de Saissac déterrés et brûlés par l’Inquisition. Le village primitif situé sur les pentes en contrebas du château est abandonné au profit de l'emplacement actuel au-dessus de la forteresse. Au XVIème siècle, Jean de Bernuy, nouveau seigneur de Saissac, transforme le château médiéval en résidence de la Renaissance. Puis viennent la Révolution, la ruine et les pillages…

Le trésor

Enterré dans un champ près du village actuel, un vase en céramique cachait 2000 pièces : deniers et oboles en billon (cuivre et argent). Ce trésor découvert en 1979 est le plus important ensemble des toutes premières monnaies royales mises au jour en Languedoc. S’agit-il du pécule d’un croyant cathare poursuivi par l’Inquisition ? …

La première terrasse

Au bout des rues du village qui se précipitent vers les Pyrénées, un fossé est encore visible. Un pont-levis isolait le château sur son éperon. La première terrasse, sorte de « cour d’honneur », accueille la partie la plus ancienne du site. La tour du XIIIème siècle, qui s'élève ici sur une vingtaine de mètres, cache la base du donjon primitif, des X-XIèmes siècles.

Le logis d’Aldonce

Aldonce, est la fille de Jean de Bernuy. Son mari, Guy de Castelnau, serait à l'origine de la construction de ce logis. C'est un bâtiment de la fin du XVIème siècle qui comporte 3 étages, dont un souterrain. Entièrement restauré, il accueille une exposition et une fiction historique projetée sur grand écran qui explorent le trésor dans toute sa dimension et son mystère…

Les tours Sud

Tout au bout du château, deux tours circulaires concluent l’enceinte de l’édifice. Ce sont les seules sur le site. Elles sont toutes deux sur deux niveaux voûtés en coupole. Elles ont été adaptées aux armes à feu du XVIème siècle.

Le village déserté

Presque englouti par la végétation, et non accessible aujourd'hui, l’ancien castrum est pourtant bien présent. Des ruines de maisons, un portail couvert d’un arc en plein cintre dit « Porte de Toulouse » … gardent la mémoire des villageois déplacés après la Croisade contre les Albigeois. Plus bas, sur les cours d’eau, les moulins à eau ne tournent plus…

Découverte[s]

En flânant

Autour

Dès 1209, le château de Saissac revient à un chevalier français : Bouchard de Marly, qui devient bien malgré lui un atout pour le seigneur de Cabaret. Pierre-Roger de Cabaret résiste vaillamment à Simon de Monfort dans son château réputé imprenable. Mais la pression est terrible. Par chance, il parvient à capturer Bouchard de Marly. C’est un argument de poids pour négocier, en 1211, une reddition avantageuse.